Chronique n°53 : Suprêmes Interdits, partie 1 : Suprême Désir

Suprêmes Interdits, partie 1 : Suprême Désir, Florine Hedal.

supremes-interdits,-tome-1---supreme-desir-929307-264-432.jpg

BADASS, 411 pages (e-book)

Résumé :

Grande nouvelle ! Calista l’emmerdeuse est de retour à la maison ! Et apparemment, son année Erasmus ne lui a même pas servi à se faire dépuceler par un de ces bûcherons des romances à la con ! À croire que son caractère de merde surpasse sa beauté. Pourtant, si je ne peux toujours pas l’encadrer, je dois bien avouer qu’elle a quelque chose de changé. Cette nuit-là à Paris, lors du gala, elle me l’avait prouvé. Sensuelle, voluptueuse, torride… et intouchable. Car comment oublier qu’aux yeux de tous, nous faisons partie de la même famille ? Mais lorsqu’elle avait penché sa tête en arrière pour que je l’embrasse, lorsqu’elle avait mis ses jambes autour de ma taille pour que je la touche, j’ai su. J’ai su qu’il me la fallait, qu’importent les conséquences. Franchir l’interdit m’excitait comme jamais, la faire sombrer avec moi encore plus. À mon tour, j’allais lui prouver qu’on ne provoque pas impunément Basile Robène.

« Jamais je ne coucherai avec toi. »

Je n’avais plus qu’une chose à faire : attendre qu’elle me supplie…

Ce que pensent Julie et Ludivine.

Quand la maison d’édition de BADASS nous a contacté pour lire ce livre, nous sommes tout de suite devenues curieuses. Après avoir lu les trois premiers chapitres proposés par la maison d’édition, nous avions voulu en savoir plus, c’est pourquoi nous avons accepté l’offre de lire en entier ce livre en échange d’une chronique, et ça a été une très belle découverte. Nous remercions donc avant tout, les éditions BADASS et l’éditrice Stéphanie Giard pour nous avoir contacté.

Dans cette histoire nous rencontrons Calista, Basile et tous leurs amis qui sont tous comme des frères et cousins. En effet, ils vivent tous ensemble dans une grande ferme en France, car leurs pères respectifs forment un groupe de rock. De ce fait, tous les enfants ont grandis ensemble. Calista, la plus jeune, revient en France où elle retrouve Basile, de deux ans son ainé. On pourrait croire que toutes ces personnes s’entendent à merveille car elles ont grandis ensemble, seulement ce n’est pas le cas pour Calista et Basile, ils ne se sont jamais entendus. Mais comme on dit entre la haine et l’amour, il n’y a qu’une infime distance.

Calista est une jeune femme peu sure d’elle, alors que l’on pourrait penser le contraire. En effet elle a tout pour plaire, elle a une belle vie, elle a tout ce qu’elle veut, elle est l’image de ce que les gens veulent qu’elle soit. Mais seulement c’est cette image de la perfection qui en dit long sur la jeune femme. Elle se cache derrière son identité, ainsi toutes ces incertitudes ne sont pas montrées. Elle est une jeune femme très naïve et plutôt respectueuse du reste du monde. Elle se cherche encore et a dû mal à se comprendre elle même parfois, on va alors voir son évolution au fil des pages.

Seulement, il y en a un qui déteste cette façade de la perfection, et la traite de tous les noms possibles, pour en mentionner qu’un seul, il dit qu’elle est égoïste. Cette personne, c’est Basile. Un jeune homme vraiment modeste, on ne peut pas faire plus modeste, on vous l’assure. Il est orgueilleux, imbu de sa personne, confiant, trop confiant, n’a peur de rien, un poil pervers, mais surtout très provocateur. Basile est vraiment un jeune homme curieux et mystérieux. Puis Basile est surtout très indécis, il dit A, pense B et fait C, il est assez en contradiction avec lui même, mais c’est ce qui fait son charme.

Julie : j’ai plus d’une fois parlé et commenté ma lecture pour aider Basile à trouver la meilleure des solutions, mais malheureusement il ne m’entend pas à travers le livre (dommage n’est-ce pas?) Bon je me suis aussi énervée plus d’une fois contre lui… ne m’en voulez pas, je sais qu’il est beau mais parfois il est aussi vraiment exaspérant.

Ludivine : j’ai souvent eu envie de m’arracher les cheveux pendant ma lecture en le voyant changer autant d’avis, c’était frustrant de ne pas le voir continuer sa pensée. Mais j’avoue aussi qu’il m’a beaucoup fait rire. Basile est vraiment un homme à mourir de rire, comme je l’ai dit une choix en message avec Julie, il est le champion de la répartie.

Calista était une jeune femme très pulpeuse dans le temps, mais elle s’est prise en main pour correspondre à ce qu’elle voulait. C’est quand elle revoit Basile, qu’il va s’intéresser à elle et il ne va vouloir plus qu’une seule chose, la faire sienne. Malheureusement, Calista est bien plus innocente qu’elle ne le montre, alors Basile va devoir redoubler d’efforts pour assouvir son besoin, à leurs risques et périls à tous les deux.

Suprême Désir, est une histoire intense qui nous fait passer par beaucoup d’émotions. Entre les rires, car il faut se l’avouer Basile a de ces idées des fois, par la colère à cause des actions des deux personnages. Par la confusion car on ne sait jamais ce que pense réellement les personnages, et surtout de la frustration, oui oui car quand on pense que tout va bien se passer, c’est tout le contraire qu’il se passe. Les personnages, même si ils sont complexes, nous rendent accro à eux.

Cette histoire est faite pour vous si vous aimez la romance, si vous voulez passer un bon moment, et si vous n’avez pas peur des gros mots, le vocabulaire principal de Basile. Mais à côté de ça, il y a quand un vocabulaire assez bien développé avec des phases très bien tournées. C’est une histoire qui est parfaite pour faire passer le temps et pour vivre des aventures, car en effet la relation entre Calista et Basile est interdite, mais c’est qui donne son piquant à l’histoire.

Les idées et pensées des personnages sont très détaillées, ce qui est agréable à la lecture, car ça nous permet de comprendre davantage l’histoire des personnages du livre. C’est un récit très rafraichissant, et qui nous fait passer un très bon moment.

Julie : d’habitude je suis plutôt du genre à dire qu’il manque des explications, pour le coup je trouve que le contenu est vraiment bien. J’ai beaucoup aimé l’écriture de l’auteure, que je ne connaissais pas avant ce livre, sa plume est vraiment très intéressante. Le vocabulaire est assez développé, ce qui est un très bon point, car je n’aime pas relire plusieurs fois les mêmes choses et la lecture est très fluide et facile à lire, tout ce que j’aime. Certains dialogues m’ont bien fait rire, et je dois dire que le fait que cette lecture soit autant rafraichissante m’a plu.

Ludivine : moi de même, je ne connaissais pas l’auteure, mais ça a été une très belle découverte. Le vocabulaire est développé mais tout aussi simple à lire, les tournures de phrases sont légères et plaisantes, elle facilite la lecture et la rendent agréable. Elles donnent envie de lire la suite !

Ce livre est une histoire qui vous donnera envie de connaître la suite, à chaque fois que vous allez terminer un chapitre. C’est largement le cas pour nous, qui attendons maintenant la partie 2 avec impatience, car faut se l’avouer, la fin est très frustrante, mais énormément.

Julie : je n’ai qu’une hâte: lire la suite. D’ailleurs, j’étais vraiment heureuse à la fin… jusqu’à ce que je vois que c’était la fin. (Pourquoi s’être arrêté comme ça? *Pleure*.)

Ludivine : quand je suis arrivée au point final, j’ai voulu savoir si il n’y avait rien après, je n’étais pas vraiment prête à ce que ça se finisse comme ça. Apparemment ce n’était pas encore le bon moment haha.

Notre note

4,5/5

Où le trouver : 

Amazon.

Fnac.

Publicités

4 réflexions sur “Chronique n°53 : Suprêmes Interdits, partie 1 : Suprême Désir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s